FacebookTwitter

Vieillir en santé signifie pour une personne de conserver le plus possible son autonomie, malgré le vieillissement. L’autonomie permet à la personne aînée de se réaliser avec satisfaction dans les différents rôles qu’elle souhaite jouer : travailler, apprendre, être parent ou grand-parent, aider un proche, transmettre des savoirs aux autres générations, etc. Il est possible de maintenir ou d’améliorer la santé, même à un âge avancé. Les actions de prévention qui sont décrites dans cette section permettent :

  • De renforcer les capacités des personnes aînées
  • D’améliorer leurs conditions de vie
  • De traverser les étapes de la vie de façon harmonieuse

Favoriser l’adoption de saines habitudes de vie
Favoriser la participation sociale
Briser l’isolement social
Prévenir les chutes
Prévenir la maltraitance
Prévenir les problèmes buccodentaires

Favoriser l’adoption de saines habitudes de vie

Les saines habitudes de vie passent notamment par la saine alimentation ainsi que par l'adoption d’un mode de vie physiquement actif et sans fumée. Quel que soit l’âge, les bienfaits associés à l’adoption de saines habitudes de vie sont nombreux, notamment l’amélioration de la qualité de vie et la réduction des risques de développer certaines maladies chroniques. Il n’est jamais trop tard pour modifier ses habitudes de vie et ainsi retirer des bénéfices importants pour sa santé.

Pour plus d’information, consultez :

Saine alimentation
Mode de vie physiquement actif 
Mode de vie sans fumée 

Favoriser la participation sociale

La participation sociale s’exprime de plusieurs façons, entre autres en permettant :

  • D’accomplir ses activités quotidiennes
  • De prendre part à une activité sociale avec des amis ou dans un organisme
  • De s’engager socialement ou politiquement pour une cause

Si elle répond aux besoins et aux préférences des personnes aînées, la participation sociale permet de développer un sentiment d’appartenance et de continuer à jouer différents rôles dans la famille, auprès des amis, dans la communauté, etc. Elle donne du sens à la vie. Certains facteurs qui favorisent la participation sociale peuvent être modifiés, notamment une meilleure accessibilité aux différents lieux de participation sociale.

Chaque année, la Direction de santé publique offre des formations qui visent à rendre les lieux de participation sociale plus accueillants pour les personnes aînées. Vous êtes bénévoles, intervenants ou gestionnaires d’organismes travaillant auprès des personnes aînées? Surveillez les invitations à vous inscrire qui sont habituellement faites au printemps et à l’automne.

Briser l’isolement social

De nombreuses personnes aînées vivent dans un certain isolement social. Elles peuvent avoir le sentiment d’être privées des relations qui sont importantes pour elles et souffrir de solitude. L’isolement social peut empêcher la réponse à leurs différents besoins. Ainsi, l’isolement social peut nuire à la santé physique et mentale des aînés, à leur bien-être et à leur qualité de vie.

La FADOQ – Régions de Québec et Chaudière-Appalaches, la Direction de santé publique et l’Institut national de santé publique du Québec ont conçu la Trousse Rejoindre, comprendre et accompagner les personnes aînées isolées socialement qui permet d’en apprendre davantage sur le sujet. Elle s’adresse aux bénévoles, aux intervenants et aux gestionnaires d’organismes qui travaillent auprès des personnes aînées.

Prévenir les chutes

Les chutes constituent un problème de santé qui préoccupe bon nombre d’aînés, de même que leurs proches. Il est important de savoir que le risque de chute et la gravité des blessures augmentent avec l’âge. Toutefois, il ne faut pas croire qu’il est normal de chuter en vieillissant. Il est possible de prévenir les chutes en :

  • Améliorant l’équilibre, la force et la démarche
  • Éliminant les obstacles dans le domicile
  • Diminuant le nombre de médicaments et en limitant l’utilisation de certains d’entre eux
  • Contrôlant l’hypotension (basse pression) et en traitant les problèmes cardiaques
  • Corrigeant les problèmes visuels
  • Adoptant des comportements sécuritaires
  • Prévenant et en traitant l’ostéoporose

Concrètement, voici ce qui peut être recommandé aux aînés pour prévenir les chutes :

  • Mangez bien en prenant l’équivalent de trois repas par jour et en suivant les recommandations du Guide alimentaire canadien
  • Renforcez vos os en prenant suffisamment de calcium et de vitamine D
  • Soyez actif pour améliorer votre équilibre, votre démarche, votre force et pour protéger davantage vos os 
  • Assurez-vous de la qualité de votre vision chaque année
  • Assurez-vous que votre domicile est sécuritaire
  • Utilisez votre aide à la marche (canne, marchette, ambulateur), si elle vous a été conseillée
  • Parlez à votre médecin si vous avez des étourdissements, des faiblesses ou des troubles de la marche ou de l’équilibre
  • Prenez vos médicaments comme indiqué par votre médecin ou votre pharmacien
  • Inscrivez-vous à un programme de prévention des chutes

Rôle de la Direction de santé publique

La Direction de santé publique propose quatre programmes en prévention des chutes à la clientèle aînée : 

Selon sa condition et son niveau de risque de chutes, la personne de 50 ans et plus sera orientée vers le bon programme. Ces différents programmes sont offerts gratuitement.

Pour les professionnels qui désirent en savoir plus sur les programmes et sur comment orienter les aînés vers le bon programme, consultez :

Arbre décisionnel et tableau descriptif des programmes (PDF, 458 K0, 2 p.)

Ressources pour les aînés sur la prévention des chutes et les différents programmes

Dépliant d’information - Prévention des chutes auprès des aînés (PDF, 8 Mo, 2 p.)

Vivre chez soi - soutien à domicile - Prévention des chutes

Ressources santé et bien-être (FADOQ)

Prévenir la maltraitance

La maltraitance envers les personnes aînées peut exister dans tous les milieux, mais elle est souvent peu reconnue, peu dénoncée ou gardée sous silence. Les différentes situations de maltraitance vécues par une personne âgée peuvent être associées à l’un ou plusieurs des sept types suivants :

  • Maltraitance psychologique
  • Maltraitance physique
  • Maltraitance sexuelle
  • Maltraitance matérielle ou financière
  • Maltraitance organisationnelle (dans les soins ainsi que dans les services publics et privés)
  • Âgisme
  • Violation des droits

La maltraitance n’est pas toujours volontaire, mais elle a toujours des conséquences réelles qui peuvent parfois être graves pour les personnes aînées.

Pour plus d’information, consultez :

Maltraitance envers les aînés

Chapitre sur la maltraitance envers les personnes aînées, 2018 

Plan d’action gouvernemental pour contrer la maltraitance envers les personnes aînées 2017-2022. Ce plan d’action gouvernemental constitue un outil de travail incontournable pour les intervenants de différentes disciplines travaillant auprès des personnes aînées. Il vise à faciliter leurs interventions en matière de prévention et de prise en charge des cas d’abus ou de violence.

Ressources pour les victimes de maltraitance : la Ligne Aide Abus Aînés

Que vous soyez une personne aînée victime de maltraitance, un membre de la famille, un ami, un voisin ou encore un intervenant en contact avec une personne maltraitée, vous pouvez utiliser ce service. Des professionnels expérimentés sont là pour vous écouter, vous conseiller et vous diriger vers les ressources pour répondre à vos besoins. La Ligne Aide Abus Aînés est un service anonyme et confidentiel, sans frais, accessible partout au Québec, et ce, de 8 h à 20 h, 7 jours par semaine. 

Pour plus d’information, consultez :

Ligne Aide Abus Aînés, téléphone : 1 888 489-2287

Négligence, abus et violence

Foire aux questions maltraitance

Prévenir les problèmes buccodentaires

Santé dentaire : clientèle âgée