FacebookTwitter

Plus il y a de contacts entre différentes personnes, plus les risques de transmission de la COVID-19 sont importants. Ainsi, la minimisation du nombre, de la fréquence et de la durée des contacts, le respect de la distanciation physique (2 mètres) en tout temps sont dans les mesures les plus efficaces et doivent être priorisées conformément à la hiérarchie des mesures de contrôle.  


Note importante : Les mesures de distanciation physique doivent être respectées en tout temps sans égard au port du masque ou du couvre-visage. 


Distance à maintenir

La distanciation physique de 2 mètres (6 pieds) s’adresse à tous les individus (participants, bénévoles et travailleurs) d’un organisme qui n’habitent pas sous le même toit et doit être maintenue à tout moment (incluant par exemple, les pauses et les heures de repas) et ce, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur. 
À noter que des consignes différentes s’appliquent exclusivement pour les enfants en contexte scolaire et en services de garde éducatifs à l’enfance.

Mesures favorisant la distanciation

  • Adapter l’organisation du travail (ex. : privilégier le télétravail et les petites équipes stables, éviter les réunions en présence, réduire le nombre de travailleurs sur place et les déplacements, etc.). Pour plus d’informations à ce sujet, consulter la section Organisation du travail et priorisation des services.
  • Prioriser et adapter les services et les activités de l’organisme (ex. : se limiter aux activités jugées essentielles, privilégier les activités à distance). Pour plus d’informations à ce sujet, consulter la section Organisation du travail et priorisation des services
  • Diminuer le nombre de personnes qui se retrouvent en même temps dans l’organisme ou dans une file d’attente. Par exemple :
    • Privilégier les interventions à distance.
    • Étaler les heures de services.
    • Accueillir les participants sur rendez-vous.
  • Porter une attention particulière aux espaces agissant comme goulots d’étranglement (ex. : entrée de l’organisme, entrée de la cafétéria, file pour accéder à un comptoir de service, etc.)
    • Éviter que des files de personnes rapprochées ne se créent à ces endroits. 
    • Au besoin, décaler légèrement les horaires de travail, de pauses et de repas. 
    • Installer des distributeurs de solutions hydroalcooliques facilement accessibles dans des espaces ouverts, afin d’éviter de les installer dans des endroits qui créeront d’autres goulots d’étranglement. 
    • Déléguer une personne responsable pour servir le café et déposer les tasses ou les verres sur un comptoir ou une table. Inviter ensuite les personnes à venir chercher leur café à tour de rôle. 
  • Si une file d’attente survient :
    • Privilégier que la file se tienne à l’extérieur du bâtiment. Éviter un tracé en serpentin (ex: file d'attente aux services des douanes des aéroports) afin que les personnes ne se croisent pas dans la file.
    • Maintenir en tout temps la distance de 2 mètres entre les personnes en installant des repères physiques au sol ou aux murs (lignes, autocollants, cônes, structures de bois, etc.). 
    • Au besoin, prévoir la présence d’un employé ou d’un bénévole à l’entrée, qui peut donner des consignes et diriger les usagers, tout en maintenant une distance de 2 mètres avec eux. 
  • Éviter que les personnes se croisent de près dans l’organisme. Par exemple :
    • Limiter les déplacements dans l’organisme au strict nécessaire. 
    • Faire des corridors de circulation à sens unique.
    • Privilégier une entrée différente de la sortie.
  • Répartir les personnes dans différents locaux. 
  • Réorganiser les espaces physiques :  
    • Installer des repères physiques au sol ou aux murs (lignes, autocollants, cônes, structures de bois, etc.) pour indiquer la distance de 2 mètres à respecter entre les usagers au niveau des files d’attente ou tout autre endroit pertinent.
    • Assurer la distance de 2 mètres entre les personnes qui s’assoient à une table en retirant les chaises non essentielles. 

Si la distanciation physique est impossible

Tel qu’illustré dans le schéma qui suit, la distanciation physique est la mesure qui doit être favorisée en milieu de travail. Toutefois, dans les situations où il est impossible de respecter cette consigne, des mesures supplémentaires doivent être appliquées, telles que l’installation de barrières physiques et le port d’équipement de protection individuelle.

 Source : INSPQ (2020) Hiérarchie des mesures de contrôle en milieu de travail  

Installation de barrières physiques

Lorsque la distanciation physique de deux mètres ne peut pas être respectée (par exemple, à un poste de travail ou une aire d’accueil), il faut installer une barrière physique adéquate et qui peut être nettoyée et désinfectée (ex. : plexiglas) pour séparer les personnes entre elles et avec la clientèle. Le plexiglas doit toutefois être de grandeur appropriée; c’est-à-dire dépasser la tête de la personne la plus grande et protéger le corps s’il n’y a pas de barrière physique (ex. : bureau). La publication suivante offre des recommandations à cet effet.

Port d’équipement de protection individuelle

Pour les tâches où il est impossible de maintenir une distance minimale de deux mètres avec quiconque, il est nécessaire de porter de l’équipement de protection individuelle (masque médicale de qualité, protection oculaire et autres, selon la situation). Pour avoir toute l’information à ce sujet, consultez la section Équipement de protection individuelle pour les travailleurs et bénévoles.

Pour en savoir plus :

Questions, commentaires, suggestions? 

Les organismes communautaires de la région de la Capitale-Nationale peuvent en tout temps nous écrire à l’adresse suivante : dsp.covid19.communautaire.ciussscn@ssss.gouv.qc.ca 

Mise à jour : 3 février 2021