FacebookTwitter

Comprendre l’essentiel de la COVID-19 et de ses modes de transmission peut aider les organismes communautaires à mieux identifier les risques, à saisir l’utilité des mesures de prévention recommandées et à être plus autonomes dans leur application. Les organismes communautaires peuvent également jouer un rôle clé dans la communication d’une information juste sur la COVID-19. Leurs participants seront, à leur tour, davantage outillés pour se protéger et faire des choix éclairés.

La COVID-19

Les coronavirus sont des virus reconnus pour causer des infections respiratoires généralement bénignes chez les humains et les animaux. Certaines souches peuvent être plus pathogènes, telles celles du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV-1) et du coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERSCoV), ainsi que la souche nouvellement identifiée et nommée SRAS-CoV-2 (pour Syndrome respiratoire aigu sévère Coronavirus 2). Le terme COVID-19 (pour Coronavirus Disease 2019) désigne la maladie causée par ce virus.

À noter que les manifestations cliniques de la maladie (COVID-19), les caractéristiques épidémiologiques ainsi que les données sur la transmission, contagiosité et période d’incubation de ce virus (SARS-CoV-2) évoluent rapidement durant la période active de la pandémie. Les connaissances actuelles ne permettent pas encore de préciser avec exactitude le mode de transmission de la COVID-19. Des recherches sont toujours en cours.

Modes de transmission du virus

  • Le mode de transmission prédominant est lors d’un contact avec les gouttelettes générées par une personne infectée lorsqu’elle parle, tousse, éternue ou chante.

    Ces gouttelettes peuvent être projetées sur une distance de 2 mètres (environ 6 pieds). C’est pourquoi il est recommandé de maintenir cette distance entre vous et les autres (même si port du masque ou du couvre-visage). La taille des gouttelettes est variable, allant de grosses gouttelettes qui tombent rapidement au sol (en quelques secondes ou minutes) près de la personne infectée, à des gouttelettes plus petites qui pourraient rester dans l’air, à proximité de la personne infectée.
     
  • La transmission par voie aérienne en milieu de soins est présumée lors d’interventions médicales pouvant générer des aérosols (ex. : intubation, bronchoscopie, CPAP, etc.) auprès d’une personne infectée ou suspectée, ce qu’on appelle transmission aérienne opportuniste.
     
  • La transmission à partir de personnes asymptomatiques (porteuses du virus sans avoir de symptômes) ou présymptomatiques (porteuses du virus et ayant un ou des symptômes très discrets sans nécessairement se sentir malade) est clairement établie.
     
  • La survie du virus sur les objets a été documentée et elle varie selon les surfaces et les conditions environnementales. La transmission par contact direct avec des objets ou surfaces contaminés à proximité immédiate de la personne infectée est possible, mais ne représente pas le mode de transmission principal. Celui-ci survient lorsqu’une personne touche une surface contaminée puis porte ses mains aux yeux, à sa bouche ou au nez sans avoir fait une hygiène des mains rigoureuse.
     
  • La transmission verticale et lors de l’allaitement est peu probable, selon les données scientifiques actuelles.
     
  • Il n’y a pas d’évidence de transmission par voie fécale-orale.
     
  • À l’heure actuelle, il n’existe pas d’études prouvant une transmission possible du virus par les conduits d’air des systèmes de ventilation. Bien que le risque de dispersion des particules virales par l’intermédiaire d’un tel système (qui, par exemple, serait mis en mode recirculation d’air) ne peut être complètement écarté.
     
  • À l’heure actuelle, il n’existe aucune preuve suggérant que la nourriture est une source ou une voie probable de transmission du virus. Le lavage usuel des fruits et légumes et l’application des bonnes pratiques de préparation d’aliments sont toujours recommandés.

Les situations présentant un risque de transmission plus élevé

Les risques de transmission varient selon la nature des contacts entre les personnes ainsi que les mesures de prévention et protection appliquées.

Nous savons que :

  • le virus se transmet le plus souvent lorsque des personnes sont en contact étroit avec d’autres personnes infectées (présentant ou non des symptômes).
     
  • les lieux intérieurs sont plus propices à la transmission que les lieux extérieurs.


Aussi, certaines circonstances peuvent faciliter la transmission du virus dans un milieu, par exemple :

  • lorsque l’espace est restreint
     
  • lorsque la ventilation est inadéquate
     
  • lorsque les interactions entre les personnes sont nombreuses et de proximité
     
  • lorsque les surfaces sont manipulées par plusieurs personnes
     
  • lorsque les activités qui s’y déroulent impliquent de respirer plus profondément (ex.: activité physique d’intensité modéré-élevé, de chanter, de crier ou de parler fort à cause de la musique ou du bruit ambiant.)

Heureusement, plusieurs mesures peuvent aider à réduire le risque de transmission du virus.

Période d’incubation du virus

La période d’incubation réfère au temps qui s'écoule entre le moment de l’exposition au virus et le développement de la maladie.

  • Selon les données actuelles, on considère que les symptômes de la COVID-19 peuvent se manifester chez un individu de 1 à 14 jours après son exposition au virus. En moyenne, ces symptômes se manifestent de 5 à 6 jours après l’exposition au virus.
     
  • C’est pour cette raison qu’une période minimale de 14 jours est considérée pour un isolement préventif à la suite d’un contact étroit avec un cas de COVID-19 et ce, même si la personne obtient un résultat négatif à son test de dépistage.
     
  • Advenant qu’une personne développe la maladie durant sa période d’isolement préventif et obtient un résultat positif à un test de dépistage de COVID-19, sa durée d’isolement est revue afin de couvrir toute sa période de contagiosité (voir Période de contagiosité).

L’ensemble des consignes pour la personne identifiée comme un contact étroit d’une personne atteinte de la COVID-19 sont disponibles dans la section : J'ai été en contact avec une personne qui a la COVID-19.

Période de contagiosité

La période de contagiosité réfère au temps pendant laquelle une personne infectée peut transmettre le virus à d’autres.

Début de la période de contagiosité

  • Une personne atteinte de la COVID‑19 peut être contagieuse 48 heures avant la date de début des symptômes.
     
  • En l’absence de symptômes, on établit que la période de contagiosité débute 48 heures avant la date du prélèvement avec résultat positif.

Fin de la période de contagiosité

  • La période de contagiosité se termine minimalement 10 jours après la date de début des symptômes (DDS) de la personne atteinte de la COVID-19.
     
  • En l’absence de symptômes, la période de contagiosité se termine 10 jours après la date du prélèvement avec résultat positif.
     
  • À noter que des particularités s’appliquent pour les personnes ayant été hospitalisées aux soins intensifs (21 jours après la DDS) et les personnes immunosupprimées (28 jours après la DDS ou date de prélèvement).
     
  • Dans tous les cas (10, 21 ou 28 jours), l’absence de fièvre depuis 48 heures (sans prise de médicaments contre la fièvre) ET l’absence de symptômes aigus depuis 24 heures (excluant la perte de l'odorat, du goût et la toux résiduelle qui peuvent persister) s’ajoutent aux critères pour déterminer la fin de la période de contagiosité, et par le fait même, la fin de la période d’isolement.

Somme toute, la durée de l’isolement peut varier en fonction de facteurs tels que la présence ou non de symptômes, la nature des symptômes, le résultat du test de la COVID-19, la gravité de la maladie et l’état de santé de la personne atteinte. 

L’ensemble des consignes pour la personne atteinte de la COVID-19 sont disponibles dans la section : J’ai la COVID-19.

 

Les symptômes de la COVID-19

Les symptômes de la COVID-19 varient d’un individu atteint à l’autre, de par leur nature, leur sévérité et leur durée. Les manifestations de la maladie peuvent varier en fonction des groupes d’âge. Également, certaines personnes porteuses de la COVID-19 sont asymptomatiques ou développent des symptômes très légers, mais peuvent tout de même transmettre le virus.

Le tableau qui suit permet d’identifier, pour différents groupes d’âge, les symptômes compatibles avec la COVID-19 qui requièrent de s’isoler et de passer un test de dépistage. Pour plus d’information, consultez la section Personnes ayant des symptômes compatibles avec la COVID-19.

 

Symptômes compatibles à la COVID-19

Chez les 6 mois à 5 ansChez les 6-17 ans et les adultes

Si présence, depuis moins de 24 heures, d’un ou des symptômes parmi ceux indiqués plus bas, gardez l’enfant à la maison et évitez les contacts avec d’autres personnes. Observez l’évolution durant 24 heures puis réévaluez.
 

Lorsque le ou les symptômes persistent depuis plus de 24 heures, remplissez l’outil d’autoévaluation ou appelez la ligne COVID 418 644-4545

Lorsque le ou les symptômes apparaissent, restez à la maison, remplir l’outil d’autoévaluation ou appelez la ligne COVID 418 644-4545

(il n’y a pas de délai d’observation de 24 heures)

Présence d’un symptôme ou regroupement de symptômes suivantsPrésence d’un des symptômes suivants

Fièvre : 38,5°C (101,3 °F) et plus (température rectale)
 

Toux (nouvelle ou aggravée), essoufflement ou difficulté à respirer
 

Nez qui coule ou nez bouché ou mal de gorge ET fièvre 38,1°C et plus (température rectale)
 

Maux de ventre ou vomissements ou diarrhées ET fièvre 38,1°C et plus (température rectale)

 

 

 

 

 

 

Fièvre : 38,1°C (100,6 °F) et plus (température bucale)
 

Chez la personne âgée : 37,8 °C (100,0 °F) et plus OU 1,1 °C de plus que la valeur habituelle de la personne.
 

Toux (nouvelle ou aggravée)
 

Essoufflement
 

Difficulté à respirer
 

Perte soudaine de l’odorat sans congestion nasale (ne plus sentir les odeurs, même si le nez n’est pas bouché) avec ou sans perte de goût
 

Nez qui coule ou nez bouché de cause inconnue
 

Mal de gorge

Présence d’un symptôme ou regroupement de symOU présence d’au moins 2 des symptômes suivants
 

Fatigue intense
 

Douleurs musculaires généralisées (non liées à un effort physique)
 

Perte d’appétit importante
 

Vomissements ou nausées (maux de cœur
 

Diarrhées
 

Mal de tête
 

Maux de ventre

Capsule vidéo :

Liens utiles:

(mise à jour : 22 février 2021)