FacebookTwitter

Dans le contexte de la pandémie de COVID-19, les organismes communautaires sont en constante adaptation pour répondre aux consignes gouvernementales de l’heure et pour mettre en place les mesures de prévention qui s’appliquent. La présente section offre des balises afin d’accompagner les responsables d’organismes communautaires dans cette adaptation de leurs services et de leurs modes de travail. Si les conseils d’administration des organismes demeurent autonomes dans les changements qu’ils apportent à cet égard, les éléments suivants peuvent guider leurs réflexions : 

 
Responsabilités légales à titre d’employeurs

À titre d’employeurs, les organismes communautaires sont soumis à la Loi sur la santé et la sécurité du travail (LSST) qui exige d’eux qu’ils prennent toutes les mesures nécessaires pour protéger la santé et assurer la sécurité et l’intégrité physique du travailleur (art. 51). Cette obligation légale implique aussi la protection des bénévoles, bien que ces derniers ne soient pas automatiquement protégés en cas de maladie ou de lésion professionnelle. Les employeurs ont également leurs obligations concernant les aires communes, les installations sanitaires et leur entretien (RSST, art. 153, 156, 161, 163 et 165).

Le travailleur, quant à lui, a l’obligation de prendre les mesures nécessaires pour protéger sa santé, sa sécurité ou son intégrité physique et de veiller à ne pas mettre en danger la santé, la sécurité ou l’intégrité physique des autres personnes qui se trouvent sur les lieux de travail ou à proximité (LSST, art. 49 et 49.1).

La Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) est une référence pour les employeurs et les travailleurs qui se questionnent sur différents aspects du travail en contexte de pandémie de COVID-19 (ex. : droit de refus, indemnisation).

Mesures touchant l’organisation du travail 

Le nombre, la fréquence, la durée et la proximité des contacts sont des facteurs qui augmentent les risques de transmission de la COVID-19. La minimisation de ces facteurs, ainsi que le respect de la distanciation physique minimale de deux mètres en tout temps entre toutes les personnes fréquentant l’organisme sont des mesures de prévention qui doivent être priorisées. En contexte de COVID-19, il est demandé aux milieux de travail qu’ils adaptent leur organisation du travail en appliquant certaines mesures. Voici les principales recommandations :

  • Réduire le nombre de personnes (incluant les travailleurs et bénévoles) au minimum dans l’organisme.
  • Lorsqu’il est possible, favoriser le travail à distance à partir du domicile.
  • Privilégier les équipes les plus petites et les plus stables possible (réduire le nombre de travailleurs et de rotations de tâches, s’il y a lieu) pour éviter la multiplication des interactions.
  • Conserver les mêmes travailleurs aux mêmes postes de travail autant que possible et s’assurer d’affecter les travailleurs à un seul site de travail ou aux mêmes domiciles (si prestation de services à domicile). 
  • Identifier les fonctions et les postes critiques et planifier comment leur poursuite pourra être assurée en cas d’absence (ex. : former de nouveaux membres du personnel dans divers postes essentiels). 
  • Réorganiser les espaces physiques et les activités de travail de manière à respecter la distance physique de deux mètres entre les personnes. Pour plus d’informations à ce sujet, consultez la section Distanciation physique
  • Éviter les réunions, les formations en présence ou les rassemblements. Privilégier les réunions et formations à distance (webinaires, téléconférences, messages et informations préenregistrés et distribués électroniquement, etc.).
  • Lorsqu’il est indispensable de tenir les réunions ou formations en présence, réduire le nombre de participants, la durée et la fréquence des rencontres autant que possible. Occuper une salle bien ventilée et suffisamment grande pour respecter la distanciation physique.
  • Éviter le partage de matériel ou de postes de travail (feuilles de papier, stylos, ustensiles de vaisselle, chaise et ordinateur de travail, etc.). Si du matériel doit être partagé, procéder à l’hygiène des mains avant et après l’utilisation du matériel et si possible, désinfecter le matériel avant et après qu’il ait été manipulé.
  • Limiter les sorties et les déplacements au strict nécessaire.
  • Limiter les déplacements entre villes et les régions. Respecter les consignes gouvernementales sur les déplacements interrégionaux.
  • Appliquer les mesures spécifiques au palier d’alerte de la région.

Lors des périodes de repas

  • Assurer un lavage des mains rigoureux avant et après le repas.
  • Faire manger les personnes dans des salles assez grandes pour qu’il y ait une distance de plus de deux mètres entre chacun d’eux. Prévoir des salles supplémentaires au besoin.
  • Si aucune autre salle n’est disponible, modifier les horaires des périodes de repas afin de maintenir un nombre limité de personnes dans la salle à manger en tout temps ou demander au personnel pour qui c’est possible de manger à leur bureau. 
  • S’assurer que les mêmes groupes de personnes mangent en même temps, dans une même salle, jour après jour. Si les personnes mangent à l’extérieur de l’établissement, veiller à ce qu’ils respectent la distance minimale de deux mètres entre chacun d’eux. 
  • Ne pas échanger tasses, verres, assiettes, ustensiles, condiments, etc.
  • Laver la vaisselle à l’eau chaude avec du savon (peut être au lave-vaisselle).
  • Après le repas, procéder au nettoyage et à la désinfection de l’aire de repas. Pour plus d’informations à ce sujet, consultez la section Nettoyage et désinfection

Lors des pauses

  • Veiller à ce que les mesures de distanciation physique soient appliquées lors des pauses (ex. : éviter les rassemblements).
  • Éviter de partager des objets (ex. : cigarettes, crayons, monnaie ou billets).
  • Retirer les objets non essentiels (revues, journaux, bibelots) des aires communes.
  • Restreindre l’usage d’installations communes non essentielles (ex : machines à café). Il est possible de déléguer une personne responsable pour le servir, en déposant les tasses ou les verres sur un comptoir ou une table et en invitant les personnes à venir chercher les chercher, à tour de rôle.

Priorisation des services et des activités 

Tant que le virus responsable de la COVID-19 circule, la limitation des contacts avec d’autres personnes est la mesure la plus efficace pour se protéger. Moins il y a de personnes dans un même endroit, moins il y a de risque de se retrouver en présence d’une personne infectée, symptomatique ou pas.  

On conseille aux organismes communautaires de prioriser les services et les activités à maintenir en identifiant celles qui sont jugées essentielles et celles qui peuvent cesser temporairement. Parmi les activités à maintenir, certaines sont à privilégier parce qu’elles comportent moins de risques pour les personnes impliquées et les mesures de prévention à mettre en place sont plus simples à appliquer. 

Le visuel qui suit suggère aux organismes communautaires une gradation des activités à privilégier et des mesures de prévention qui y sont associées. 


ATTENTION : Certaines activités comprises dans ce visuel sont limitées ou interdites selon le palier d’alerte de COVID-19 en vigueur. C’est le cas, par exemple, des activités de groupe à l’extérieur qui sont interdites en zone rouge. Pour plus d’information à ce sujet, consultez la section NOUVEAU – Palier d’alerte rouge . 


 

Pour télécharger le visuel, cliquez ici : Activités à privilégier et mesures de prévention dans les organismes

 

Sensibilisation et formation des employés

Sensibiliser ou former les employés et les bénévoles aux mesures de prévention mises en place dans le milieu de travail (il est suggéré de prévoir un plan d’information ou de formation).


L’utilité d’une bonne planification

Dans le contexte de la COVID-19, une planification de la reprise des activités est suggérée pour faciliter la mise en place de mesures préventives adaptées au milieu. Un plan facilite la coordination; il est un bon aide-mémoire et assure une cohérence pour tous. Le modèle qui suit en est un exemple; il peut être utilisé par les gestionnaires, en collaboration avec les travailleurs. 

Pour accéder au modèle cliquer ici

Pour en savoir plus : 

Questions, commentaires, suggestions? 

Les organismes communautaires de la région de la Capitale-Nationale peuvent en tout temps nous écrire à l’adresse suivante : dsp.covid19.communautaire.ciussscn@ssss.gouv.qc.ca 


Mise à jour : 2 novembre 2020