Naloxone (en extrahospitalier)

Points clés

  • Nous recommandons de consulter votre centre antipoison lors de l’utilisation de cet antidote.
  • La prise en charge primaire (évaluation des voies respiratoires, de la respiration et de la circulation) devrait être priorisée par rapport à l'administration de naloxone.
  • Les recommandations mentionnées dans cette monographie ne remplacent pas le protocole en vigueur dans votre établissement ou organisation professionnelle s’il y a lieu.
  • Il est important d’initier la naloxone avec prudence à dose jugée adéquate afin d’éviter la précipitation d'un syndrome de sevrage chez l'individu avec dépendance aux opioïdes.
  • Des doses plus élevées de naloxone peuvent être nécessaires dans le cas d’intoxication aux opiacés à forte puissance, tel que le fentanyl.
  • La douleur et autres stimuli sensoriels peuvent stimuler la respiration et laisser croire à tort que l’effet de l’opioïde est terminé. Il faut être très prudent dans ces circonstances.
  • Tous les patients hospitalisés pour surdose aux opioïdes devraient se voir offrir un suivi auprès des services de traitement de la toxicomanie et recevoir de l’information sur l’utilisation de la naloxone en urgence et sur les pratiques sécuritaires d’utilisation de drogues de rue.
  • Dans certaines provinces, les pharmaciens communautaires sont autorisés à prescrire et à servir la naloxone afin de traiter une potentielle surdose aux opioïdes.

© Centre antipoison du Québec, CIUSSS de la Capitale-Nationale, 2017. Les renseignements contenus dans ce site peuvent être cités, à condition d’en mentionner la source. Toute utilisation à des fins commerciales ou publicitaires est strictement interdite.

ISSN : 2292-230X

Auteurs: Pursell R, Dubé PA, Elliott A, Friesen M, Gosselin S, Laliberté M, Larocque A,  Letarte A, Mackenzie C, Murphy N, St-Onge M, Thompson M, Yarema M

 
Dernière mise à jour: 24-05-2019