À propos

EQDEM - L’EQDEM

EQDEM

L’EQDEM

Qu’est-ce que l’EQDEM?

Au cours de la petite enfance, les apprentissages et les expériences vécues par les enfants façonnent leur
développement global. Lorsqu’ils font leur entrée à la maternelle, tout le bagage acquis depuis leur naissance est mis à l’épreuve. Ils savent ainsi socialiser avec leurs amis ou avec l’enseignant. Ils savent respecter les routines. Ils sont en mesure d’être curieux et attentifs à l’autre. Un grand nombre d’enfants possèdent ces capacités et ces habiletés, ce qui leur permet de profiter pleinement des activités éducatives que le milieu scolaire propose.

L’Enquête québécoise sur le développement des enfants à la maternelle (EQDEM) mesure le développement global des tout-petits. Autrement dit, elle mesure le bagage acquis depuis leur naissance.

La très grande majorité des enfants québécois3  fréquentant la maternelle 5 ans à plein temps, dans les écoles francophones ou anglophones, publiques et privées (subventionnées ou non) sont visés par cette enquête.

Le développement global de l’enfant se mesure à partir de cinq domaines, soit :

  • la santé physique et bien-être (motricité, fatigue, alimentation, habillement adéquats, etc.);
  • les compétences sociales (confiance en soi, sens des responsabilités, respect des pairs, etc.);
  • la maturité affective (hyperactivité, inattention, anxiété, tristesse, etc.);
  • le développement cognitif et langagier (intérêt et habileté en littératie et en mathématique, etc.);
  • les habiletés de communication et connaissances générales (capacité à articuler clairement, à comprendre, à communiquer, etc.).

La première édition de l’enquête a eu lieu en 2012 dans presque toutes les régions du Québec. La deuxième édition a eu lieu en 2017. Cette collecte sera répétée tous les cinq ans.

Dans quel contexte l’EQDEM est-elle réalisée?

L’EQDEM est une enquête réalisée dans le cadre de l’Initiative concertée d’intervention pour le développement des jeunes enfants (ICIDJE). L’ICIDJE regroupe le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS), le ministère de la Famille (MF), le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur (MEES), l’organisme Avenir d’enfants et l’Institut de la statistique du Québec (ISQ). Son objectif est de « soutenir le développement des enfants québécois de 0 à 5 ans et mieux préparer leur entrée au premier cycle du primaire et leur réussite scolaire en s’appuyant sur la mesure de leur état de développement à la maternelle à partir de données d’enquête » (MSSS, 2011). 

Comment mesure-t-on le développement de la petite enfance avec l’EQDEM?

L’EQDEM utilise l’Instrument de mesure du développement de la petite enfance (IMDPE) pour mesurer le développement des enfants qui fréquentent la maternelle cinq ans.

Cet instrument a été conçu par l’Université McMaster en Ontario à la fin des années 1990. soit, en anglais, le Early Development Instrument (EDI). Il est utilisé ailleurs au Canada et même dans plusieurs pays au monde afin d’évaluer le niveau de développement global des enfants.

Ce sont les enseignants de la maternelle cinq ans qui remplissent un questionnaire d’un peu plus de 100 questions sur les domaines de développement pour chacun de leur tout-petit. Les questions sont factuelles et font référence à des comportements simples et observables. La collecte se déroule de février à mai pour que l’enseignant ait une bonne connaissance de chacun des enfants. 

Les résultats de cette enquête sont rendus disponibles pour des groupes d’enfants. L’IMDPE ne fournit pas de mesure individuelle, ni de diagnostic de l’enfant, ni de mesure de performance de l’enseignant ou de l’école. Les résultats sont donnés seulement pour des groupes afin d’évaluer les forces et les faiblesses de groupes d’enfants dans un territoire ou une communauté.

Comment comprendre les résultats de l’EQDEM?

Les résultats de l'EQDEM permettent de repérer les groupes d’enfants les plus à risque de présenter des difficultés au plan scolaire et social. Un enfant est considéré comme vulnérable dans un domaine si le résultat du questionnaire est égal ou inférieur au seuil de vulnérabilité établi pour le Québec en 2012. Être vulnérable ne signifie pas être voué à l’échec scolaire ni aux difficultés psychosociales, mais plutôt être moins bien outillé que les autres pour profiter pleinement de ce que l’école peut offrir.

Les résultats de l’EQDEM sont disponibles à l’échelle provinciale, régionale et locale.  

Avec cet outil de mesure, il est possible de comparer les résultats avec d’autres groupes d’enfants et suivre la tendance temporelle par rapport à la première édition (2012) et chacune des éditions suivantes.

Pour la région de la Capitale-Nationale, la proportion d’enfants vulnérables dans au moins un domaine de développement était de 22,5 %1 en 2012. En 2017, la proportion a grimpé à 25%2, ce qui signifie que le quart des enfants à la maternelle sont plus susceptibles que les autres de présenter des difficultés liées à l'apprentissage scolaire pendant leur parcours.

Pour plus d’information sur l’utilisation de l’IMDPE, consultez le site du Early Development Instrument (EDI) (en anglais seulement).

Pourquoi l’EQDEM est importante?

L’EQDEM donne accès, tous les cinq ans, à des données fiables sur l’indice de développement global des enfants québécois de la maternelle. Ces données apportent un nouvel éclairage sur le parcours de nos tout-petits et soutiennent la planification des activités qui leur sont destinées tant à l’échelle provinciale qu’à l’échelle régionale et locale. Elles permettent :

  • de suivre l’évolution du développement des enfants;
  • de mobiliser les parents, les familles, les communautés locales, les instances des secteurs public et privé de tous les paliers qui interviennent en petite enfance;
  • de partager une lecture commune des besoins des tout-petits;
  • d’orienter le choix des priorités d’action et des politiques publiques;
  • de soutenir les démarches locales, régionales et nationales de planification d’actions en faveur des tout-petits.

Plusieurs secteurs d’activité sont concernés, notamment :

  • Organismes communautaires famille et en périnatalité;
  • Services de garde éducatifs;
  • Milieux scolaires;
  • Services de santé et services sociaux;
  • Municipalités et municipalités régionales de comté (MRC);
  • Chercheurs et milieux académiques;
  • Comités de parents et de citoyens;
  • Gens d’affaires et entreprises;
  • Milieu de la culture;
  • Autres secteurs concernés par le développement des enfants.

Pour plus d’information sur l’EQDEM, consultez le site de l’Institut de la statistique du Québec.

L’EQDEM, un bon prédicteur des taux de réussite à certaines épreuves en sixième année du primaire

L’Étude longitudinale du développement des enfants du Québec (ELDEQ) a suivi un grand nombre d’enfants depuis leur entrée à la maternelle en 2003 jusqu’à la fin de leur parcours primaire en 2010. Les enseignants de la maternelle de ces enfants ont répondu au questionnaire de l’EQDEM. Un des résultats de cette étude montre que les taux de réussite aux épreuves de français en sixième année du primaire sont plus faibles chez les enfants qui étaient vulnérables dans un domaine ou un autre de leur développement à la maternelle4.

 

 

 

 

  1.  Institut de la statistique du Québec, Enquête québécoise sur le développement des enfants à la maternelle 2012. Portrait statistique pour le Québec et ses régions administratives, 2013
  2. Institut de la statistique du Québec, Enquête québécoise sur le développement des enfants à la maternelle 2017. Portrait statistique pour le Québec et ses régions administratives, 2018
  3. Sont exclus de l’enquêtes les enfants : fréquentant une école qui fait partie des commissions scolaires Crie et Kativik; fréquentant des établissements relevant du gouvernement fédéral dans les réserves autochtones; les enfants qui, selon les fichiers administratifs du MELS ou selon les renseignements obtenus de l’école, sont reconnus comme des élèves handicapés ou en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage (EHDAA) et faisant partie d’une classe spéciale composée de plus de 50 % d’EHDAA et tous les élèves fréquentant une école spéciale.
  4. http://www.stat.gouv.qc.ca/statistiques/education/prescolaire-primaire/reussite-epreuve-francais.html