Projet de banque d'interprètes de la Capitale-Nationale

Pour travailler efficacement avec un interprète

Avant l'interprétation

Quoi faire?

  • Fixer le rendez-vous le plus tôt possible et respecter l'heure pour s'assurer de la disponibilité de l'interprète et minimiser les coûts d'interprétariat de l'établissement ;
  • Informer l'interprète du nom du client et vérifier s'il est à l'aise d'interpréter pour lui. L'interprète peut souhaiter se désister (conflit d'intérêt, lien de parenté, etc.) ;
  • Expliquer brièvement la situation à l'interprète et la façon dont il est souhaité de procéder pour aider l'interprète à se préparer (vocabulaire spécifique, préparation psychologique, etc. ; 
  • Prévoir plus de temps que l'habitude puisque tout doit être dit deux (2) fois.

Pendant la rencontre

Quoi faire?

  • Se présenter au client, présenter l'interprète et l'informer de son rôle et de la confidentialité des échanges. Cela permet à l'interprète de garder la même distance professionnelle par rapport à chaque interlocuteur/trice et de faire comprendre au client que l'intervenant est la personne qui dirige l'interaction ; 
  • Vérifier si le client est à l'aise face à cet interprète. Le client à le droit de refuser l'aide de l'interprète ;
  • Se placer en triangle si possible, parler directement au client et le regarder. De cette façon, le client se sent le sujet principal de l'intervention ;
  • Faire les salutations d'usage, l'interprète les reformulera en tenant compte de la culture du client. Le respect des codes d'entrée en communication est indispensable afin d'établir la confiance du client ;
  • Éviter le langage technique. Donner des informations en petites quantités à la fois de façon claire et complète. La traduction phrase par phrase est la plus sûre et réduit le risque d’omission ;
  • Demander au client de répéter les instructions s’il y a lieu afin de s’assurer qu’elles ont été bien comprises.
  • Ne pas discuter du cas avec l’interprète en présence du client; il comprend peut-être quelques mots de français ou d’anglais. Le client pourrait avoir l’impression qu’on décide de son sort sans le consulter ;
  • Ne pas déléguer sa responsabilité professionnelle. Vous êtes le maître de l’intervention. Ce n’est pas le rôle de l’interprète d’expliquer une loi, un vaccin, un diagnostic ou un traitement à votre place.

Après l'interprétation

Quoi faire?

  • Vérifier avec l’interprète s’il a remarqué quoique ce soit qui serait pertinent de savoir en tant qu’intervenant. L’interprète peut apporter à l’intervenant des précisions d’ordre culturel (ex : attitude non verbale).