Lutter contre les préjugés : une question de santé et de «vivre-ensemble»

jeudi 22 juin 2017


La Direction de santé publique a récemment publié un document intitulé Les préjugés à l’égard des personnes en situation de pauvreté et d’exclusion sociale. Ce travail est le fruit d’une collaboration entre plusieurs membres de la mobilisation régionale Ensemble pour agir sur les préjugés qui regroupe des acteurs du milieu communautaire, de Centraide Québec et Chaudière-Appalaches, du milieu de l’éducation, de la Ville de Québec, du CIUSSS de la Capitale-Nationale ainsi que de citoyens en situation de pauvreté et d’exclusion sociale. Produit à partir de divers types de savoirs (écrits scientifiques, points de vue de personnes en situation de pauvreté et d’exclusion et d’intervenants), ce rapport permet de mieux comprendre les préjugés  pour mieux les combattre.

La mobilisation régionale Ensemble pour agir sur les préjugés

Ce rapport de la Direction de santé publique a essentiellement servi à soutenir la mobilisation régionale Ensemble pour agir sur les préjugés qui a choisi les milieux d’enseignement universitaire et collégial comme cibles prioritaires pour agir. Cette mobilisation vise le bris des préjugés et une approche inclusive chez les futurs professionnels qui offriront des services à la population (ex. : intervenants de santé, enseignants, policiers). Les stratégies proposées dans ce rapport feront partie intégrante de la mise en œuvre du plan d’action de la mobilisation régionale qui sera adopté à l’automne 2017.

Des impacts sur les individus et la société

Les préjugés sont influencés par plusieurs éléments interpersonnels et sociétaux. Ils sont véhiculés dans divers milieux de vie (familles, écoles, médias, lieux de travail, etc.) et entretenus par une grande partie de la population. En effet, selon un sondage récent (Noreau et autres, 2015), près de la moitié des Québécois ont une opinion négative à l’égard des prestataires d’aide sociale.

Les préjugés ont des conséquences négatives, notamment sur la santé physique et psychologique des individus qui en sont les victimes (ex. : stress, anxiété, isolement, intériorisation des préjugés, problèmes de santé). Ils créent également une distance entre les divers groupes sociaux et nuisent au «vivre-ensemble». Enfin, les préjugés constituent un obstacle majeur à la lutte contre la pauvreté.

Plusieurs stratégies sont à considérer pour combattre les préjugés. Toutefois, la stratégie de contact, qui consiste à favoriser la rencontre et l’échange entre des individus de groupes différents, est connue comme la plus prometteuse pour amener un changement d’attitudes et de comportements. Cette stratégie est souvent combinée à d’autres stratégies comme celles de l’éducation ou de l’approche réflexive. 

Pour en savoir plus

Vous pouvez consulter le rapport à : ciussscn.ca/prejugespauvreteexclusionsociale. Ce rapport découle des engagements du directeur régional de santé publique sur les inégalités sociales de santé (Hyppolite, 2012). Le soutien à la mobilisation régionale pour agir sur les préjugés s’inscrit également dans le Plan d'action régional de santé publique 2016-2020.

Infolettre du CIUSSS de la Capitale-Nationale, juin 2017