Le prix élevé des aliments

Manger santé à faible coût : mission impossible

Selon de Dispensaire diététique de Montréal, un panier à provisions nutritif devrait représenter les tiers (34 %) du budget des familles à faible revenu. Or, avec un revenu annuel de moins de 22 000 $, ces familles ne consacrent que 21 % de leur budget à l’alimentation. Bien souvent, c’est le loyer qui gruge la partie la plus importante du budget des ménages à faible revenu. Le prix des aliments sains et nutritifs est souvent trop élevé lorsqu’on a un faible revenu.

Voici quelques exemples de différences de prix entre aliments nutritifs et aliments pauvres en nutriments essentiels :

  • Lait 2 %, format de 2 litres, Parmalat = 2.98 $;
  • Jus de pommes, format de 2 litres, Rougemont = 2.99 $;
  • Coke diète à la lime, format de 2 litres = 1.99 $ + Tx (c’est sans compter que l’on trouve souvent ce format de liqueurs douces en spécial à .99 $!);
  • Pommes McIntosh, Canada de fantaisie – Du Québec, format 3 lbs. = 3.99 $;
  • Pommes McIntosh, du Québec, format 5 lbs. – 4.99 $;
  • Gâteaux Vachon, différents produits, pour 6 à 8 petits gâteaux = entre 2.29 $ et 3.29 $ (aussi régulièrement en spécial).

Source : http//magasin.iga.net/index_fr.html en date du 20 avril 2007

La fluctuation des prix de certains aliments, principalement les fruits et légumes, diminue leur accessibilité pour les ménages qui ne peuvent consacrer qu’un petit budget à l’alimentation. Par exemple, entre janvier et février 2007, les prix des légumes frais ont grimpé, en moyenne, de 12 %.

TÉMOIGNAGES

 « J’voudrais ben suivre le Guide alimentaire canadien, mais c’est juste pas possible! »