La faim, un problème qui touche surtout les itinérants

Vrai

La faim est effectivement un problème récurrent chez les itinérants.

En moyenne, dans le centre de la ville de Québec, 1080 repas ont été servis quotidiennement pendant l’année 2005 par 7 ressources différentes. Cela suppose que le nombre de repas nécessaires pour répondre aux besoins des personnes sans domicile fixe est probablement sous-estimé, sans toutefois qu’on en connaisse l’ordre de grandeur.

Chaque jour les ressources en sécurité alimentaire servent :

  • 129 déjeuners
  • 621 dîners
  • 330 soupers

Faux

Les situations alimentaires précaires, dont la faim, touchent en réalité :

  • Plusieurs types de personnes
  • Plusieurs types de ménages

Il peut s’agir d’hommes et de femmes de tout âge et de toute catégorie comme :

  • Des enfants;
  • Des étudiants;
  • Des jeunes mères;
  • Des immigrants;
  • Des veufs;
  • Des personnes qui ont fait faillite;
  • Des handicapés;
  • Des travailleurs à faible revenu;
  • Des retraités;
  • Des personnes seules, hommes ou femmes (célibataires, veufs, séparés, divorcés);
  • Des couples sans enfant;
  • Des couples avec enfants;
  • Des familles monoparentales (principalement celles ayant une femme comme chef de famille).
  • Etc.

Dans la région de la Capitale-Nationale

C’est dans tous les secteurs de la région de la Capitale-Nationale qu’on peut trouver des personnes qui ont manqué de nourriture à cause d’un manque d’argent, bien que cette situation soit beaucoup plus fréquente dans l’ancien territoire Basse-Ville-Limoilou-Vanier (13,1 % soit près de 9000 personnes).